Retour Success Stories

Oussama Essa, 30 ans, Originaire de Syrie

Oussama Essa, 30 ans, Originaire de Syrie

Partie 1 : Avant each One

Le père d’Oussama est palestinien, sa mère, syrienne : des origines dont il est fier. C’est à l’université de journalisme de Damas qu’il obtient son diplôme, avant de travailler comme éditeur dans un magazine, puis comme reporter et animateur sportif sur une radio nationale.  

En 2017, il est contraint de quitter son pays. L’un de ses oncles, franco-syrien, est professeur à l’institut Pasteur à Paris et sa grand-mère maternelle habite à Rennes : la France, malgré la barrière de la langue, est un choix évident.

Du jour au lendemain, on ne quitte pas seulement un territoire : on quitte sa langue maternelle, sa famille, ses amis, ses souvenirs, son quartier, son appartement, sa voiture. Tout ce qu’on a construit.

Lorsqu’il arrive en Bretagne, et malgré la présence de certains de ses proches (Oussama a fait le voyage avec sa mère), le décalage est brutal. Habitué à la ville de Damas, en mouvement permanent, Rennes est bien calme. Heureusement les bretons sont ouverts, accueillants et chaleureux avec les étrangers.

La première étape, c’est bien entendu d’apprendre la langue. Oussama cherche tous les espaces, les ateliers, les cours qui lui permettraient de progresser. Après deux ou trois mois, il commence à se débrouiller. Mais la langue n’est pas le seul challenge : de cette ville, il ne connaît rien, et puis il faut, en parallèle, suivre toutes les démarches administratives, qui demandent du temps, des efforts et une maîtrise rigoureuse du français.

Partie 2 : Pendant each One

L’intégration est difficile : je l’ai vécu comme une perte d’identité.

Petit à petit, Oussama apprend la langue et reconstruit sa vie à Rennes. L’assistante sociale qui accompagne sa réinsertion lui parle rapidement de each One : il y postule avec son aide et y est accepté.

Chez each One, si tu demandes, il y a toujours des gens pour t’aider.

Il suit le programme à Science-Po Rennes, où il perfectionne son français, intègre progressivement la culture française. Son mentor, chargé de sport dans un établissement à Nantes, l’accompagne dans sa recherche d’emploi. Passionné par le monde du sport et des médias, Oussama doit faire face à la dure réalité du journalisme en France : un secteur très prisé et qui n’a pourtant que si peu d’offres. Déterminé, il ne lâche rien et finit par obtenir un stage à l’AFP.

Au sein du programme et du campus, Oussama s’est fait de nombreux amis, avec qui il garde encore contact aujourd’hui. Il encourage sa femme à rejoindre le programme, ce qu’elle fait un semestre plus tard. Le mentor de sa femme, ayant entendu parler de son projet professionnel, lui présente Xavier, journaliste à Rennes, qui active son réseau et y introduit Oussama. Grâce à cela, il est invité par Aurélie Rousseaux, directrice générale de TV Rennes, à venir passer un entretien pour un stage de six mois. Motivé comme jamais, Oussama est accepté au sein de la rédaction en septembre 2019.

Partie 3 : Après each One

TV Rennes, c’est une école formidable.

Là-bas il se forme sur le terrain : chaque jour, Oussama définit son sujet, prend sa caméra, tourne sa séquence, rédige son interview, écrit son documentaire et monte sa vidéo. L’équipe est chouette, il s’y sent à sa place et y trouve le soutien dont il a besoin.
Depuis ce stage, il y est journaliste pigiste.

Est-ce que je vais réussir ? Je ne sais pas, mais je suis motivé comme au premier jour : je suis quelqu’un d’optimiste, je l’étais déjà en Syrie, malgré des conditions difficiles :  je vois toujours le bout du tunnel.

S’il est très au fait des nombreux obstacles qui compliquent la carrière d’un journaliste français, Oussama ne baissera pas les bras. Il améliore sa technique à vitesse grand V, et, brique par brique, tâche de bâtir son réseau. Tout n’est pas simple tous les jours, mais il apprend, il progresse et il avance. Son objectif : faire du journalisme à la française. Et il est bien parti.

Découvrir une autre histoire

Karamaldeen Hassan, 32 ans, Originaire du Soudan

Stagiaire chez L’Oréal Paris et fondateur d’une association

Sahib Zada, 28 ans, Originaire du Pakistan

Étudiant en CAP pour devenir boucher

Ketevani Barikhashvili, 27 ans, Originaire de Géorgie

Étudiante à la Sorbonne Nouvelle en Médiation culturelle